Ville d’Empire et violence

Mühlhausen/Thür., 24 au 26 février 2020

Huitième colloque scientifique du Cercle d’Étude de Mühlhausen pour l’histoire des villes d’Empire, en lien avec la Fondation Friedrich-Christian-Lesser et le Mühlhäuser Geschichts- und Denkmalpflegeverein (Association d’histoire et de préservation du patrimoine de Mühlhausen)

Argumentaire

L’exiguïté de l’espace, les intérêts économiques divergents et les luttes de pouvoir : le potentiel de violence était particulièrement grand dans les villes. C’est pourquoi on trouve déjà dans les plus anciennes sources juridiques urbaines, des dispositions interdisant ou au moins limitant la violence physique, d’ailleurs elles-mêmes sauvegardées par des menaces d’utilisation de la violence.


Les sources juridiques, considérées isolément, donnent l’impression que la violence physique fut, au Moyen Âge et à l’époque moderne, peu à peu contenue par le droit puis monopolisée par les autorités légitimes.

D’autres types de sources suggèrent en revanche plutôt que les formes de violence physique restèrent présentes dans l’espace urbain pendant des siècles, et y étaient même, dans une certaine mesure, tolérées.

L’objectif du colloque est de réunir deux perspectives, en considérant autant la domination juridique exercée sur les êtres humains (Rechtsgewalt) que la violence physique (physische Gewalt). Les jeux de pouvoir entre d’un côté le Conseil, comme autorité de droit, et de l’autre les autres acteurs présents dans l’espace urbain et qui exerçaient de la violence physique ou en subissaient. L’accent sera mis sur les villes d’Empire pendant une période s’étendant d’environ 1250 à 1800, car elles détenaient en règle générale la haute juridiction, ce qui leur permettait d’avoir recours à tout l’arsenal pénal (châtiments corporels, exécutions, etc.). D’un autre côté, dans des cas finalement assez nombreux, le contrôle par d’autres détenteurs de pouvoir de la haute juridiction était justement ce qui limitait l’autonomie d’une ville d’Empire.

Des historien·nes issus du monde de la recherche ou des archives traiteront de questions telles que: dans quelle mesure la domination juridique et des formes de violence physique s’affectaient-elles mutuellement ? La domination juridique avait-elle recours à la violence physique pour s’exercer ? Quand et dans quelle mesure la violence physique était-elle tolérée par le Conseil?

… vers le programme du colloque